Get Out : le projet audacieux de 3 jeunes bruxellois … à Liège

(…) Nous avons testé un jour un Escape Game sur Bruxelles et nous sommes sortis de là complètement emballés. De fil en aiguille, on s’est dit « et pourquoi pas nous »?

On vous parlait, il y a quelques temps, d’une jeune détective, Céline Dejardin , vous vous souvenez? On vous propose maintenant d’être dans la peau d’un détective à travers l’ « Escape Game »: « Get Out »! Cette franchise a été mise en place sur Liège par 3 Bruxellois de 28 ans dont Giussepina Belluzo!  Revenez, par exemple, en 1963, quelques heures après l’assassinat de J.F Kennedy… Vous êtes des membres importants du Gouvernement et vous êtes enfermés depuis 23 heures dans une salle de la Maison Blanche (La Panic Room –> elle porte bien son nom). Dans une heure, vous serez morts asphyxiés… sauf si vous parvenez à résoudre les énigmes. 3, 2, 1 … Bonne chance! (On rigole, hein, si vous voulez jouer au détective, testez le jeu ;))

Un jeu grandeur nature de détective… ça t’a pris comment de lancer ça?

Avec deux amis (François Cooremans et Jonathan Lays), nous avons testé un jour un Escape Game sur Bruxelles et nous sommes sortis de là complètement emballés. De fil en aiguille, on s’est dit « et pourquoi pas nous »? Le concept était en pleine expansion sur Bruxelles et on a découvert que « Get Out » à Lille cherchait à développer d’autres franchises. On a cherché une autre ville que Bruxelles car cela commençait à saturer dans la Capitale… Et on a choisi Liège!

Et quelle belle idée, une ville tellement sympa !

Je t’avoue que j’étais, en tant que vraie bruxelloise, plutôt réticente à l’idée de venir dans la Cité Ardente! Mais j’ai vite été conquise par la sympathie de ses habitants et j’adore y vivre à présent! (Tu t’es bien rattrapée ;))

Et avant d’être à la tête de la franchise, tu faisais quoi?

J’étais juriste dans une étude de notaire à Bruxelles. J’aimais bien mon boulot mais je ne regrette rien!

Tu as l’âme d’une indépendante?

Pas du tout, j’étais au début complètement paniquée par ce nouveau challenge! J’avais si peu confiance en moi que je ne pouvais imaginer qu’un tel projet pourrait fonctionner.

Il faut se lancer, tout en prenant un risque mesuré… Du risque, il y en a toujours mais il ne faut pas risquer de tout perdre. Qui ne tente rein n’a rien.

Satisfaite du résultat?

Totalement! Nous avons été rentables au bout de 3 mois… et nous avons eu, en 10 mois, plus de 1668 sessions.

Pourquoi avoir choisi d’ouvrir une franchise plutôt que de créer le jeu de toute pièce?

On trouvait les histoires et les énigmes bien ficelées chez « Get Out » et cela facilitait pas mal de choses. Mais il y a quand du travail quand on ouvre une franchise. On doit importer les énigmes, les réaménager à notre façon et on doit gérer toute la déco, les réservations, l’administratif etc. Par exemple, pour la déco, nous avons dû créer les murs car c’était une galerie d’art ici.

Quels sont les obstacles que vous avez rencontrés ?

Notre manque d’expérience. Avant ce projet, nous n’avions jamais parlé à un comptable par exemple. Puis tout le côté administratif est conséquent aussi! Mais je dois avouer que nous avons eu de la chance dans notre parcours car tout s’est bien enchaîné. Nous avons, très vite, trouvé la franchise, le prêt à la banque a été accepté sans problème et nous avons également eu la chance de trouvé rapidement le lieu! On a beaucoup discuté de notre projet avec des chefs d’entreprises également qui nous ont bien conseillés sur divers aspects.

Du droit aux énigmes, des regrets?

Non, je referais tout pareil car je suis là où j’en suis aujourd’hui grâce à ce parcours.

Toi dans 5 ans?

J’espère que Get Out continuera à tourner et je souhaiterais, peut-être, en ouvrir un deuxième. On a les bases solides à présent mais on peut toujours s’améliorer! Ou j’ouvrirais peut-être un autre type de divertissement dans Liège. Mais j’aimerais, dans un premier temps, pouvoir déléguer davantage les tâches administratives. Et je t’avoue que je vis au jour le jour depuis le début de ce projet. Tant que je suis jeune, sans contrainte, cette vie me convient parfaitement mais on verra dans 5 ans… sur mon yacht 🙂 (Tu t’emballes, là ;))

Une qualité indispensable pour un entrepreneur selon toi?

Je pense que chacun, à sa façon, peut s’en sortir mais, personnellement, je trouve que l’organisation est primordiale pour mener à bien un projet.

Un conseil à quelqu’un qui veut se lancer ?

OSEZ. Si mes amis ne m’avaient pas poussée ou encouragée, je ne serai spas ici aujourd’hui et je ferais toujours des actes notariaux. Il faut se lancer, tout en prenant un risque mesuré… Du risque, il y en a toujours mais il ne faut pas risquer de tout perdre. Qui ne tente rein n’a rien.

 

Comme quoi, il ne faut pas toujours inventer l’objet du siècle pour entreprendre et c’est tant mieux! On a testé « Get Out » avec la Team et on a ADORE! Un conseil? Ne forcez pas sur la bouteille avant, vous aurez besoin de tous vos neurones 😉

Si l’envie vous tente, un petit tour sur leur site 🙂

By Maïté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *