Quand je serai grande je serai… détective privé!

Une anecdote sympa? Après leur rendez-vous, un homme dépose sa maîtresse devant une salle de sport. 10 minutes plus tard, son mari vient la rechercher au même endroit croyant qu’elle a fait du sport pendant deux heures…

 

 

Non, non, ce n’est pas le début d’un bon thriller mais bien le job qu’a choisi une jeune femme de 27 ans : Céline Dejardin!

Le diplôme de communication en poche, la jeune hutoise jongle un moment entre un job dans l’horeca puis un autre dans le domaine administratif. Il y a 4 ans, elle décide de changer de vie et devient une ambitieuse Sherlock Holmes !

desktop with photography equipment

Pourquoi devenir détective?

J’ai toujours su, au fond de moi, que je voulais faire un métier « hors du commun ». J’ai aussit oujours été très curieuse, intéressée par les relations humaines, les potins… et… j’ai une petite (grande) âme de justicière ! Quand j’ai appris qu’une formation de 2 ans existait, ça été pour moi une évidence : j’étais inscrite quelques jours plus tard.

Quel a été ton investissement de base pour suivre cette formation?

L’investissement le plus important c’est celui du temps. La formation se donne en cours du soir (et donc bien souvent en plus d’une activité professionnelle). La première année consiste en beaucoup de théorie (droits, déontologie, psychologie…) tandis que la deuxième année est surtout constituée de cours pratiques et du TFE, pour lequel il faut s’accrocher. L’investissement financier n’est pas très élevé, si je me souviens bien, il était à 350,00€ l’année… Pour le matériel : un véhicule correct et discret, un bon appareil photo, des talkie-walkie et une caméra.

La plus grosse erreur faite?

Lors d’une mission de filature en soirée, après avoir attendu deux heures et parcouru une quarantaine de kilomètres, se tromper de véhicule au milieu de la filature après avoir laissé trop de distance… Même si c’est rare, perdre le sujet en filature arrive et c’est toujours très frustrant.

Pourquoi les gens te contactent-ils en général?

Principalement pour un calcul de pension alimentaire (l’ex-époux(se) ne déclarant pas tous ses revenus), pour une surveillance du personnel (ouvrier travaillant pour le compte de quelqu’un d’autre pendant une incapacité de travail) et pour un adultère.

okAs-tu déjà refusé une « mission »?

Oui, ça arrive. On a des demandes parfois totalement folles… Mais aussi, notre métier est très légiféré, les conditions d’enquêtes sont précises afin de protéger la vie privée.

Comment se passe une mission de A à Z en général?

Avant toute chose, nous rencontrons notre client qui nous explique son problème et signe notre convention, formalité administrative imposée par le Ministère de l’Intérieur, pour protéger le client mais également le détective privé dans le cadre de la mission (objet de la mission, limite dans le temps, tarifs, conditions diverses).

Ensuite, nous démarrons toujours par une enquête administrative afin de vérifier les coordonnées des personnes concernées, les informations liées aux véhicules utilisés notamment.

Une fois les informations administratives sûres, nous nous basons sur des habitudes de notre sujet pour démarrer une surveillance ou le prendre en filature si nécessaire. Nous prenons des photos sur lesquelles sont inscrites la date et l’heure précise.

Une fois la mission de terrain terminée, nous rédigeons un rapport reprenant le détail de nos activités et le résultat obtenu. Ce rapport peut être ensuite porté en justice pour défendre les droits de notre client. D’ailleurs, nous collaborons énormément avec les avocats.

Un rituel dans ton job?

Des habitudes, oui : faire le plein d’essence,  vérifier que la carte mémoire de l’appareil photo est bien dedans, que la batterie est chargée, prendre ses oreillettes, de quoi manger et de quoi se tenir au chaud, surtout la nuit ou en plein hiver… et limiter la consommation de boissons 😉

Working place. Laptop, notebookQuel statut as-tu et pourquoi ce choix?

Je suis indépendante à titre principal. J’ai été indépendante complémentaire pendant 3 ans, en plus d’un travail administratif à temps plein. J’ai décidé de quitter mon travail de salariée dans lequel je ne m’épanouissais pas, pour cette raison mais aussi parce que le cumul des deux jobs n’était plus faisable… Partir certains jours à 4h du matin pour une mission, aller travailler de 9h à 17h puis retourner sur une mission et rentrer à 23h chez soi, ce n’est pas tenable sur le long terme.  

Quel salaire as-tu pu t’octroyer pendant les 6 premiers mois de ton activité?

Un mois n’est pas l’autre. Je ne vais pas mentir, certains mois, je gagne bien ma vie, d’autres, je ne sais pas du tout me payer. Mais, en faisant une moyenne, disons que je peux m’octroyer un salaire d’un peu plus de 1000 par mois.

Qu’est-ce qui te coûte le plus cher?

C’est un métier qui coûte cher en vie privée ! On sait quand on part, jamais quand on revient… Et les missions ont souvent lieu tôt le matin ou tard le soir…

Ce que tu préfères dans ton boulot?

L’adrénaline pendant les filatures ! Prendre quelqu’un en flagrant délit, c’est un vrai kiff ! (oups)

Pour quelle raison changerais-tu de job?

Pour faire les mêmes actions mais à plus grande échelle. Je rêve de créer un organisme « Anti Abus » en Belgique afin de limiter le profit du système dans ce pays où l’on voit ça bien trop souvent à mon goût…

Ta plus belle expérience professionnelle?

Une enquête pour contester une réclamation de pension alimentaire : une dame réclamait une grosse somme à son ex-mari, lequel avait une petite pension. La dame déclarait ne toucher que le chômage alors qu’elle travaillait au noir et vivait chez son compagnon et non pas seule à son domicile comme elle le déclarait. Nous avons été jusqu’à obtenir un document signé de sa main avec ses tarifs et, la situation étant urgente, nous avons dû réaliser la mission en trois jours. Cela a été une vraie réussite.

dsc01587Une anecdote sympa?

Allez, un peu de légèreté : Après leur rendez-vous, un homme dépose sa maîtresse devant une salle de sport. 10 minutes plus tard, son mari vient la rechercher au même endroit croyant qu’elle a fait du sport pendant deux heures…

Un dicton que tu aimes?

« Sur l’apparence est bien fou qui se fonde »

Ton premier geste le matin?

Reporter le réveil de 5 minutes…

Toi dans 5 ans?

J’espère toujours faire le même métier mais l’avoir bien évidemment développé encore plus.

Que changerais-tu dans ton passé, dans tes choix?

Je me dis souvent que j’aurais dû « oser » plus tôt mais, de manière générale, je pense qu’il y a toujours une bonne raison à tout ce qu’on fait ou non. Donc, je ne changerais rien mais j’en tire les leçons.

Un dessin animé favori?

Pas Inspecteur Gadget mais plutôt Les Malheurs de Sophie 🙂

Un métier hors du commun comme on les aime et surtout encore une jeune femme qui a osé aller au bout de ses rêves!

Envie de tester ses services?

Par téléphone, au 0496/21.99.27, par mail via info@airsdetective.be ou via le site internet www.airsdetective.be !

By Maïté

Photos : @AIRS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *