D’Amérique Latine aux mi-bas, il n’y a qu’un pas!

Audrey fait partie de celles qui ont étudié pour un job spécifique et qui, au final, changent de direction professionnelle pour créer leur marque. Elle y croit et on aime ça!
Un conseil? Y croire à fond. Braver ses peurs. Ne pas trop réfléchir sinon on ne se lance jamais!
collage 4 tools

@Tools of Dad

Quel est ton parcours?
Je suis sociologue de formation. J’ai travaillé plus de 10 ans dans la coopération au développement et ai vécu dans plusieurs pays (Belgique, Espagne, Brésil, Bolivie, Argentine). Lorsque nous sommes rentrés avec mon mari d’Amérique Latine il y a 4 ans, j’ai de suite eu envie de développer un projet motivant alliant l’humain, le plaisir et la curiosité tout en gardant un rapport avec ce continent. 

Je suis passionnée par la créativité débordante des artistes, designers, graffeurs et artisans latino-américains. Pendant plusieurs années, j’ai été à leur rencontre, j’ai découvert leur univers, j’ai eu mes coups de cœur et j’ai su que je voulais les partager avec les autres. Dès que j’en ai eu l’occasion, j’ai donc lancé GLOBO Estilo Latino en tant qu’activité complémentaire. C’est une boutique nomade proposant des objets provenant de créateurs latino-américains, espagnols et portugais à petits prix et supers sympas. Je réalise des ventes privées en soirée ou les dimanches et je propose de la déco, des accessoires, des petits bijoux fantaisie, des produits de bouche, des savons, etc.   
C’est l’année passée que m’est venue l’idée de créer ma propre marque Sukka Be Yourself.
D’où t’est venue l’idée de créer les mi-bas?
dali montage

@Tools of Dad

Etant plus jeune, j’ai toujours adoré les chaussettes funs, colorées, différentes. J’avais une collection incroyable. Toutefois, pour Sukka, c’est un peu par hasard (bien que…) que l’idée est venue suite à la magnifique rencontre avec une famille entrepreneuse latino-américaine que j’ai faite il y a 2 ans. Je leur ai proposé de collaborer ensemble afin de créer un nouveau produit original pour la Belgique. J’avais plein d’idées, eux le savoir-faire… et à ma connaissance, des mi-bas imprimés, je n’en avais jamais vu ici! 

On trouve des collants, des chaussettes en coton, des bas nylons classiques mais pas des mi-bas aux imprimés sympas et élégants… De plus, la qualité et le toucher du produit sont vraiment tops! J’ai pris quelques risques et hop, j’ai démarré.   
As-tu reçu une aide quelconque ?
ananas montage

@Tools of Dad

Oui! A mon retour en Belgique il y a 4 ans, j’ai tout d’abord suivi une formation extrêmement intéressante, dynamique et participative chez CréaPME,un service gratuit d’aide à la création d’entreprise. C’est là que beaucoup de mes idées se sont structurées, ont pris forme et ont ensuite évolué. Je la conseille vivement!

Je suis également suivie par Job’in pour GLOBO Estilo Latino. C’est là que l’on m’a parlé d’une bourse du WBI (Wallonie Bruxelles International) qui permet aux jeunes entreprises belges en création d’entamer une relation professionnelle avec un partenaire étranger. Je suis allée défendre mon idée des mi-bas à Bruxelles et celle-ci a été retenue. De là a découlé la création de la marque et une première mini collection en juin de l’année passée.

montage 5 paires + logo

Quelles difficultés as-tu rencontrées à tes débuts?
Je suis à mes débuts! Ce projet n’a pas encore un an! Je commence tout petit avec de petites quantités. J’ai dû tout d’abord prendre confiance en moi et me dire que cela allait plaire. Il n’est pas facile de débarquer sur le marché avec un nouveau produit. Il y a toujours des gens qui critiquent ou qui n’y croient pas et il faut passer au-delà de ça.
Trouver qui sont mes clients n’a pas été chose simple. J’ai commis des erreurs au tout début. Et puis il y a toujours le côté financier qui coince… J’aurais voulu directement être au top niveau packaging, univers graphique, marketing, etc. mais j’ai d’abord dû faire avec les moyens du bord avec les outils gratuits qui existent pour ensuite investir petit à petit dans de jolies photos par exemple et dans le teaser qui ont été réalisés le mois passé par un jeune liégeois. 
SUKKA en 3 mots?
Des mi-bas décalés mais irrésistiblement stylés!
Pourquoi le nom « SUKKA »?
butterfly montage

@Tools of Dad

Sukka signifie « chaussette » en finnois. J’ai de suite adoré la consonance du mot en cherchant dans le dictionnaire! Je trouve que malgré qu’il provienne d’une langue nordique, il sonne très « latino » (un peu comme « azúcar » utilisé dans la salsa cubaine pour représenter la « alegria »: la joie, le bonheur.) 

Les gens ont de suite adopté le mot et m’envoient des petits messages: « j’adore mes sukka! », « je voudrais une paire de sukka » et ça, j’adore! 
La petite devise de Sukka est « Be Yourself ». Elle fait référence à l’originalité, à la personnalité. Être soi-même en fonction de ses goûts, de ses envies du jour, de son look!
Où puises-tu ton inspiration?
flamants montage

@Tools of Dad

Dans la nature surtout. Il y a des oiseaux et beaucoup de fleurs: des hibiscus, des roses, des marguerites. La première collection était très osée et très colorée, un peu trop influence « latino ». Je suis revenue à quelques modèles avec une base de noir car tout le monde n’ose pas exhiber des perroquets rouges et verts sur ses chevilles donc il faut aussi des modèles plus classiques, plus discrets. Frida Kalho (la peintre mexicaine) est aussi d’une grande inspiration avec sa forte personnalité et son look bien à elle. 

J’essaie aussi de suivre un peu les tendances comme pour les flamants roses. Ces oiseaux du paradis apportent un peu d’évasion et de fun!    
Où te vois-tu dans 5 ans?
logo sukkaTout d’abord, j’espère que SUKKA existera toujours. J’aimerais, si c’est le cas, que SUKKA développe des produits dérivés sympas avec des motifs similaires. Pourquoi pas de la lingerie. Ce qui me plairait vraiment beaucoup également, c’est de collaborer avec des artistes ou des illustrateurs belges pour réaliser des collections capsules avec leurs propres imprimés. Je serais hyper fière de pouvoir faire cela car c’était une de mes idées de départ.
Où peut-on se procurer ces magnifiques pièces?

Je n’ai pas beaucoup de points de vente actuellement mais j’y travaille. Je suis à Bruxelles au Pop&Shop (Ixelles), chez Boho (Mons), Chromosome a (Lille), Pastel 2 (Liège) et Miscellany ou directement via ma page facebook via une petit message privé. C’est super sympa car les clientes me demandent des conseils: « quelle paire de Sukka me proposez-vous avec une telle tenue? » et puis surtout, je reçois des photos de toutes parts des clientes ravies! C’est très gratifiant!

Un conseil à un créateur qui veut lancer sa propre marque?

Y croire à fond. Braver ses peurs. Chercher de l’aide là où il y en a car franchement, on a de la chance en Belgique, il y a une ribambelle d’aides au démarrage comme la bourse de préactivité par exemple. Ne pas trop réfléchir sinon on ne se lance jamais! 😉

De la créativité, de l’audace et surtout beaucoup d’ambition, on croise les doigts pour que son projet continue de grandir! Je les ai testés… un confort au top et surtout… ils sont trop beaux !!!

By Maïté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *