Le Tiroir de Lou

Mais en fait, ma vie rêvée c’est ça : fabriquer du beau. Enfin, ce que je trouve beau. Et essayer de faire rêver les gens.

11951671_888756864544347_5512312128347082696_oPetite, Stéphanie Dezangré désirait devenir fleuriste, psychiatre, chirurgienne, vendeuse, femme de ménage ou encore opticienne… Heureusement pour nous, elle a choisi de créer des bijoux à la place! Elle a fondé la marque « Le Tiroir de Lou » il y a quelques années mais on peut dire qu’elle est tombée dans le monde de la création depuis qu’elle est née 🙂 Zoom sur celle qui va nous ruiner 😉

Peux-tu m’expliquer ton parcours en quelques mots?
29f3746Je suis journaliste. Et j’ai un peu débordé. A l’origine, j’aime les mots. Parce que j’aime combiner les choses. Les jolies choses. Avec mes bijoux, c’est pareil. Je marie des formes, des textures, des couleurs. A l’école, une conseillère en orientation m’a un jour dit : « Toi, tu as le sens du beau ». J’ai trouvé ça… étrange. Mais en fait, ma vie rêvée c’est ça : fabriquer du beau. Enfin, ce que je trouve beau. Et essayer de faire rêver les gens. Au lieu de relater la grisaille du monde sur du papier ou à travers un micro, j’essaye de le rendre un peu plus doux, à ma façon. C’est comme cela que je trouve du sens aujourd’hui.
D’où t’est venu cette passion?
Je suis née avec. Enfin je crois. Quand mes copains faisaient un Stratego géant dans les bois le dimanche, moi je bricolais. Je m’inventais un monde avec des petits bouts de grands n’importe quoi. Je vibre en fabricant des choses. C’est comme ça que je me sens vivre.
12140682_928867317199968_1826257556567954375_nComment est né le « Tiroir de Lou »?
L’embryon : des ventes privées pour mes copines. Et les copines de mes copines. Puis, un défi lancé par mon papa. Il m’a proposé de donner une vraie forme à mon projet. On a créé une SPRL et on s’est lancé, ensemble.
Petite, tu voulais être…?
Tout. Fleuriste, psychiatre, chirurgienne, vendeuse, femme de ménage, opticienne, tradeuse, etc. Quand j’observais quelqu’un bosser avec passion, j’avais envie de lui chiper sa vie. J’ai très tôt ressenti l’angoisse de n’avoir qu’une seule vie. Et que 24h dans une journée. Aujourd’hui, c’est moi qui bosse le sourire aux lèvres, du coup j’ai un peu fait la paix avec cette idée.
Tu travailles depuis « The Mug« . Tu as eu un coup de cœur pour l’endroit?

11063897_981750568578309_4383065170270529237_oJ’adore cet endroit. Parce qu’on y rencontre des vrais gens gentils. De tous les horizons. C’est super stimulant. J’aime le côté « bonne franquette » (au sens noble) qui donne perpétuellement l’impression de cocooner. J’ai malheureusement dû quitter mon atelier du Mug il y a quelques semaines. Besoin d’un peu plus de place pour mes nouvelles idées. Mais j’y retournerai encore régulièrement pour boire un thé en bonne compagnie.

Comment se sont passés tes débuts? Comment t’es-tu fais connaître?
On a ronronné pendant 1 an. Mon père et moi avions encore chacun un boulot à temps plein. On avait jusque là tout fait nous-même. Y compris le logo, réalisé un soir avec PowerPoint. Hum. Le jour où on a reçu notre nouveau logo (signé Chaplane), je me suis senti pousser des ailes. J’ai mieux compris qui était Lou et ce qu’elle voulait faire de ses dix doigts. Pour le reste, j’ai laissé le bouche-à-oreille opérer. Facebook aussi. C’est un outil magique (même s’il n’a pas que des qualités).
D’où te vient l’inspiration?
Difficile à dire. Je suis une grande curieuse. J’observe tout, tout le temps. Dans la rue, je marche à du 3 à l’heure. Trop rêveuse pour carburer. Mes yeux s’arrêtent toujours sur des designs Art Déco, des courbes organiques ou des formes ethniques. C’est selon.  Mais, quel que soit mon moteur du moment, j’aime la simplicité. Et les proportions harmonieuses.
12697443_957820147638018_7170652567020069076_oQuels matériaux utilises-tu?
Des petites pièces en laiton ou en argent plaqué or que je trouve aux 4 coins du globe (de l’Europe avant tout). J’ai une quinzaine de fournisseurs. A Anvers, Paris, au Portugal, en Espagne, en Italie, etc. Des pierres aussi. Beaucoup de pierres. Pour moi, c’est mieux que des bonbons !
Une journée-type?
Je m’étire, je respire et je m’inspire. Instagram est mon pire ennemi le matin. Il peut me faire lézarder beaucoup trop longtemps. Une tasse de Rooibos, pour la douceur et l’exotisme et je file à l’atelier, à 10 minutes à pieds de chez moi. Ensuite, la journée file. J’oublie même parfois de manger. Je suis toujours effarée de voir à quel point le temps sprinte!
12493815_948417328578300_7619395557991902663_oLe Tiroir de Lou en 3 mots?
Poésie, douceur, féérie, authenticité, simplicité. Oups, j’ai triché.
Le Tiroir de Lou dans 5 ans?
Je suis trop superstitieuse pour m’avancer… J’espère juste pouvoir voyager un peu plus pour aller chercher mes pierres là où elles naissent !
Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui veut se lancer dans ce milieu?
Avant tout : entoures-toi de gens qui croient en toi. Et préserve ta bulle. Trouve ta propre inspiration. Ton identité. Tu peux ouvrir l’œil sur ce que font les autres, picorer gentiment. Mais jamais copier. On ne connaît la vraie satisfaction que comme ça !
Ta pièce favorite ?
11227574_866313263455374_2342110982862336089_nLe sautoir Marion (noir). Pour ses petits accents ethniques. Je suis une adepte du outfit : jeans et petit pull gris. Par facilité ? Peut-être. Mais Marion booste toujours mon look !
Où peut-on acheter tes créations?
J’ai une trentaine de boutiques partenaires. Toutes plus chouettes les unes que les autres. On trouve la liste sur mon site www.tiroirdelou.com. Site qui est aussi et surtout un e-shop. On peut tout y commander. Les amulettes arrivent à destinations quelques jours plus tard dans leurs jolies petites pochettes en lin.
Une citation?
Simplicity is the ultimate sophistication (Leonardo da Vinci). Tout est dit.

Une fille comme ça, ça vous rebooste pour les 10 prochaines années 😉

Il est toujours temps d’envoyer le lien du site à vos amis pour votre anniversaire!

By Maïté

Découvrez The Mug, l’espace de co-working à Bruxelles au top!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *