L’honesterie, sincèrement, ça va vous plaire…

Be a voice, not an echo

Qui n’a pas rêvé un jour d’ouvrir sa propre boutique? Et y vendre des objets en accord avec ses propres valeurs? Bah, y’en a sûrement 😉 Mais moi je fais partie de ceux -là ! Comme Gaëlle Nols… une pétillante jeune femme qui vient d’ouvrir « L’honesterie » au coeur de la Cité ardente. Un concept à mettre en place partout!

Peux-tu me décrire ton parcours en quelques mots?

Après ma rhéto, j’ai suivi un an de cours en Romanes à l’Université de Liège. Certains cours me passionnaient mais il me semblait que le cursus universitaire n’était pas fait pour m10286740_518900834948556_1563584948558741677_ooi. Fin juin, j’ai alors décidé de me réorienter et en septembre 2008, j’ai commencé un graduat en communication à la Haute École de la Province de Liège. Après mon diplôme, j’ai passé un semestre académique à Londres dans une école de langue pour perfectionner mon anglais et j’en suis ressortie avec mon CAE (Certificate of Advanced English, examen Cambridge). Je me suis dit que de retour au plat pays, ce diplôme pourrait m’ouvrir des portes et faciliter la recherche d’un emploi mais j’ai malheureusement très vite déchanté et je n’ai pas trouvé de travail assez rapidement à mon goût (il faut dire que je suis impatiente). J’ai alors recommencé une formation en cours du soir en librairie-chef d’entreprise à l’IFAPME de Liège. Dans ce cadre et par la suite, j’ai eu la chance de travailler dans plusieurs librairies de la région de Liège et de Mons. J’ai terminé mon dernier job en librairie en septembre dernier en me disant que j’allais me lancer dans un projet plus personnel…

D’où est venue l’idée de ce projet?

12784541_979022582184425_308660241_nLe projet a eu le temps de mûrir en moi… Il y a déjà un bout de temps maintenant (10 ans?), je rêvais d’avoir ma propre librairie avec un coin café. Dans le cadre de mes études en communication, j’ai fait un stage de trois semaines en librairie et j’ai très vite su que c’était un domaine dans lequel je me sentais à l’aise, confiante et épanouie. Ces sentiments se sont confirmés au cours de ma formation à l’IFAPME. J’y ai rencontré des gens passionnés comme moi et surtout une professeur qui m’a convaincu que je n’étais pas trop mauvaise dans le monde du livre et que c’était possible de se lancer mais qu’il fallait un concept cohérent et un peu de bouteille pour y arriver. J’ai effectué un stage inoubliable en librairie à Battice dans la librairie Thema (qui malheureusement a fermé ses portes depuis), dans une équipe attachante et captivante. Une expérience qui m’a conforté dans l’idée que j’étais là où je devais être.

J’ai ensuite travaillé pour une librairie à Mons pendant un petit temps pour finir par être intérimaire dans une grande chaîne de librairie pendant quelques mois. Là-bas, malgré une équipe géniale, je me sentais coincée. Il n’y avait pas beaucoup de places pour s’exprimer. Les choses étaient cadenassées et, selon moi, il y manquait sacrément d’humanité. Je savais que je voulais travailler dans une structure indépendante et j’ai passé un entretien pour rentrer dans une célèbre librairie jeunesse liégeoise mais j’ai essuyé un échec… Cet échec et cette déception m’ont en quelque sorte aidé car j’ai décidé de prendre les choses en main et de quitter cette grande chaîne de librairie pour essayer de lancer ma boutique.

Je savais le monde du livre en pleine mutation et que lancer une boutique qui ne vend que du livre à Liège serait osé. Alors j’ai décidé de coupler ma passion des livres et du travail de libraire avec ma démarche plus consciente de consommatrice et après c’est avoir réfléchi, cogité et réfléchi encore que l’honesterie est née…

Peux-tu nous l’expliquer en quelques mots?

GetAttachment4Le voeu de l’honesterie, c’est de revenir à un commerce à échelle humaine, à une consommation plus consciente, réfléchie et durable. J’ai voulu y rassembler toute une série d’objets usuels du quotidien ainsi que des petites choses plus futiles. l’honesterie mêle des articles équitables, éco-conçus, faits-main, composés de matériaux naturels, recyclables, recyclés, propres dans leur composition,…
Dans ma démarche, je recherche l’âme, l’histoire de ce que je consomme. J’aimerais tendre vers une manière de consommer plus consciente, sincère et transparente. Par le GetAttachment1biais de la boutique, je tente de dire non, petit à petit, à la production et à la consommation de masse. Dans cette quête du bien-consommer, il y a aussi celle du bien-être en soi, chez soi, avec le monde qui m’entoure. C’est pour cela que j’ai voulu qu’on y retrouve des ressources imprimées telles que des livres et des revues sur des thématiques diverses: zéro-déchet, souveraineté alimentaire, alimentation saine, rangement, pleine-conscience,…

Quelles difficultés as-tu rencontrées?

Les plus grandes difficultés que j’ai rencontrées, ce sont mes doutes, mes questionnements, mes appréhensions. C’était les montagnes russes question émotions (c’est toujours le cas maintenant). Je pense qu’arriver à se dompter soi-même, à s’apprivoiser et à se connaître, c’est la tâche la plus ardue.

Une journée-type depuis que tu as ouvert ton magasin?

10155815_520765314762108_1240492755485434863_nPour le moment, je n’ai pas encore de journée-type. C’est le début de l’aventure pour moi et il n’y a pas encore eu une journée qui ressemble une autre et je ne sais pas dire s’il y en aura un jour. La seule chose qui est récurrente, c’est ma virée café chez Darius (best coffee ever). Même si je devrais plutôt pencher pour du thé vert (plus en accord avec mes principes de santé) mais c’est ma grande faiblesse.

De quoi es-tu la plus fière dans ce projet?

Ce qui me rend fière, c’est l’accueil du concept auprès des Liégeois. Ils ont l’air d’apprécier et de trouver le concept intéressant et prometteur. Quand on se lance dans un projet personnel, on se dévoile, on se met un peu à nu et de savoir que les gens y voient du sens, c’est rassurant.

Pourquoi venir à l’honesterie?

On pousse la porte de l’honesterie pour prendre le temps, ralentir. Dans ce monde qui file à toute allure et qui produit sans cesse sans penser aux répercussions sur la population et l’environnement, je vois l’honesterie comme une porte ouverte, un petit repère où l’on peut trouver des pistes pour consommer de manière plus consciente.

L’honesterie en 3 mots?

Honnête (évidemment), sincère et authentique.

3 produits coups de coeur?

FullSizeRender (2)C’est dur de n’en présenter que 3. Il faut dire que je fonctionne aux coups de coeur. Tout ce que vous pouvez trouver à l’honesterie est un coup de coeur ! Si je devais vraiment choisir, je dirai:
– Les savons d’Helleo, une petite entreprise familiale qui respecte la tradition et l’environnement. Les savons sont 100% naturels, pressés à froid, fabriqués à la main en Crète à partir d’huile d’olive crétoise biologique et d’ingrédients crus et qu’est-ce qu’ils sentent bons !
– Les carreaux de Story Tiles, une petite entreprise hollandaise, fondée en 2013 grâce à une campagne de crowdfunding, qui fait perdurer une tradition datant du 16ième siècle.
– Les balais et ramassettes d’Andrée Jardin, une petite entreprise familiale française qui fait, elle aussi, perdurer une tradition: le métier de brossier. Andrée Jardin dit non au plastique et à la globalisation et propose des articles d’entretien de qualité, des brosses mythiques avec des montures en hêtre français ! Des balais qui durent !

Comment as-tu trouvé le lieu et la déco?

J’ai trouvé le local grâce à la Ville de Liège. J’ai eu l’occasion de rencontrer une dame de la Ville de Liège pour parler de mon projet et elle m’a proposé une surface dédiée à l’éphémère disponible dès janvier à deux pas de Souverain-Pont. Oui, ce que je ne vous ai pas encore dit, c’est que l’honesterie est rue Lombard jusqu’au 15 juin pour tester le concept…

12642654_514196818752291_4571077765923533576_nPour ce qui est de la déco, j’avais envie de quelque chose d’épuré, où chaque objet pouvait être vu et apprécié. Pour le reste, je n’ai pas pensé à un style spécifique, j’ai simplement rassemblé des objets et des meubles coups de coeur comme la bannière « Be kind » de Secret Holiday & Co et le résultat donne l’honesterie.

Pour le mobilier, ce sont des palettes et des meubles trouvés en brocante, sur 2ème main et chez Troc. Pour la petite anecdote, la « table » centrale est en fait une porte posée sur des tréteaux. Porte que j’ai trouvé dans la cave de ma maison. Elle a trouvé son utilité 🙂

L’honesterie dans 5 ans?

Comme je le disais précédemment, je teste le concept de l’honesterie en ce moment. Son avenir est clairement incertain. l’honesterie a ouvert depuis un peu plus de deux semaines et même si je ressens un engouement de la part des Liégeois, il est difficile de déjà me prononcer.

Dans 5 ans, je rêve de voir l’honesterie implantée dans un quartier sympa avec un coin café, un espace co-working / conférence.

Un conseil à un jeune qui veut ouvrir son magasin?

Crois en toi, en tes idées, en tes valeurs. Si tout n’est pas parfait, c’est pas grave et si tu n’es pas parfait, ce n’est pas grave non plus. Il y a une citation d’Augusten Burroughs qui me reste en tête: « I am myself made entirely of flaws stitched together with good intentions ». C’est les bonnes intentions qui comptent 🙂

GetAttachmentJe rajouterai quelques citations qui me motivent au quotidien:

« Ask yourself if what you’re doing today is getting you closer to where you want to be tomorrow »

« Be a voice, not an echo »

« Big things often have small beginnings »

 

Un beau projet dans tous les sens du terme avec une jeune motivée et ambitieuse, ça nous booste pour la journée, pas vous?

Le projet vous tente? Allez faire un petit tour sur sa page Facebook pour avoir toutes les infos!

Rue Lombard, 6 4000 Liège.

Découvrez l’avis du blog liégeois (qu’on adore) From Liege With Love!

By Maïté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *