Bastien Lanza : des premières parties de Francis Cabrel à un album au top!

 Il y a un proverbe que j’adore « Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait »… C’est quelque chose que j’ai appliqué jusqu’à maintenant. Si j’avais raisonnablement réfléchi à certains rêves, j’aurais été découragé bien avant d’avoir pu les réaliser. Le fait de fonctionner au culot est important aussi!
Comment tomber sous le charme d’un chanteur en moins de 5 minutes? Bah, il suffit de tomber sur les chansons de Bastien Lanza ! Rencontre avec ce jeune français de 27 ans, aux faux airs de Bastian Baker qui a sorti son premier album « 2h du mat' ». Un artiste qui a déjà un beau parcours et de belles rencontres artistiques à son actif dont l’auteur de “Corrida” et de “Petite Marie”, Monsieur Francis Cabrel!

En quelques mots, quel est ton parcours?
J’ai commencé la guitare vers 9 ans dans un conservatoire en Provence, dans les Alpes. J’ai commencé à écrire des chansons vers 14 ans pour exprimer mes émotions d’adolescent. A la fin de mes études supérieures, je me suis inscrit sur le site “My Major Company”. L’objectif était d’y récolter 100 000 euros pour pouvoir signer en maison de disques. Je les ai atteint en 2 mois grâce aux internautes! C’est ça qui a permis de lancer ma carrière. Il y a eu ensuite beaucoup de travail, de chansons et de maquettage pour pouvoir réaliser l’album qui nous satisfaisait.  Il y a eu l’enregistrement de mon premier album chez Dominique Blanc Francard un grand monsieur de l’enregistrement et du son depuis les années 60. J’ai rencontré à la même période l’Association “Voix du sud” fondée par Francis Cabrel. J’ai été sélectionné par cette association pour participer aux rencontres D’Astaffort. Francis a décidé de me remettre le prix « Centre des écritures de la chanson » en 2013. La video que tu as vue découle de cette rencontre! Comme événements marquants dans ma jeune carrière, il y a donc eu la rencontre avec Francis Cabrel.
En parallèle, il y a également la signature chez le tourneur “3C” qui est le tourneur de Renan Luce, La Grande Sophie et Benoît Dorémus entre autres… J’ai aussi eu la chance de faire de chouettes premières parties : Renan Luce, Francis Cabrel, Irma, Grand Corps Malade. Un beau souvenir aussi : ma participation à l’album Génération Goldman 2 sur lequel je partage un duo avec Sofia Essaïdi.

Ton plus beau souvenir professionnel?
C’est très compliqué de répondre mais la première chose qui me vient en tête est la première partie de Francis en Belgique, au Palais 12 ), il y avait 7000 personnes, un accueil incroyable et je dis pas ça parce que t’es belge! Il y a eu aussi de très beaux moments lors de l’enregistrement de l’album avec Dominique dans son studio tout prés des mythiques Champs-Elysées…
Palais 12 !

Souvenir de son passage au Palais 12 🙂

 Pourquoi avoir choisi le titre « 2 heures du mat' » pour ton album?
01

@Sébastien FRAUD

Plusieurs raisons : c’est un des titres de l’album dont on me parlait le plus régulièrement et avec le plus d’entrain. Cela fait également référence à la nuit qui me semble être le moment privilégié de l’artiste et du solitaire… tu fais ce que tu veux! Paradoxalement, c’est aussi l’heure des sorties nocturnes et de la fête … La nuit, j’ai l’impression que les rapports avec les gens sont facilités, qu’il y a une barrière qui tombe. La troisième raison est en relation avec la cover de l’album sur laquelle il y a mon visage à moitié dans l’ombre et à moitié dans la lumière… qui fait aussi référence à la nuit… Vu que je voulais pas faire une cover complètement noire, il y a un petit peu de lumière dessus… 🙂

As-tu un principe de vie que tu essaies d’appliquer quotidiennement?

Carpe Diem… J’applique cette idée de vivre l’instant et de ce qui est fait n’est plus à faire. Ce que j’ai eu comme moments de joie, d’émotions, exceptionnels on ne pourra pas me les enlever. Je profite à fond de l’instant présent! Je suis très épicurien en fait!

Si tu devais te définir en tant que personne/artiste en 5 mots?

Epicurien, sensible, sincère, romantique et ironique ! Je suis pince sans rire sur scène, je crois que ça fait partie de moi.

Comment décrirais-tu ton public-cible?

Pour être honnête je n’ai jamais cherché à cibler qui que ce soit en écrivant mes textes, en composant mes chansons. J’ai remarqué que mon public était très large. Je suppose que certaines de mes chansons doivent résonner aussi bien dans les oreilles d’un ado que dans celles d’un quinquagénaire.

Un conseil à donner à un jeune qui veut se lancer dans la musique?

La première chose: travailler à fond ! J’ai jamais laissé tomber ma guitare et quand je me suis inscrit sur My Major Company, je me suis directement projeté comme si ça allait fonctionner. Et j’ai tout fait pour que ce soit le cas quitte à passer 10 heures par jour dans mon studio pendant plusieurs semaines. La deuxième chose c’est de ne pas se mettre de limite. Il y a un proverbe que j’adore « Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait »… C’est quelque chose que j’ai appliqué jusqu’à maintenant. Si j’avais raisonnablement réfléchi à certains rêves, j’aurais été découragé bien avant d’avoir pu les réaliser. Le fait de fonctionner au culot est important aussi!

21747_829096597165312_3379132089911866426_nUne chanson préférée dans tes chansons ?

Si je ne devais en jouer qu’une ce serait « 2 heures du mat' ». C’est un des morceaux dont je suis le plus fier… Il semble parler aux gens, je suis content d’avoir réussi à écrire cette chanson sur un sujet assez tabou finalement. J’ai l’impression qu’on ne passe pas à côté du propos.

Une chanson de quelqu’un d’autre qui te touche?

« La rouille » de Maxime Leforestier: elle est parfaite à tout point de vue.

Où te vois-tu dans 5 ans?

Je me vois avec au moins un album en plus… Vivre comme je vis depuis 2 ans et avoir au moins autant de bonnes nouvelles… Je vise toujours plus haut … on fera en sorte de faire de plus en plus de bruit.

Si tu n’avais pas été chanteur?

Prof ou instit’. J’aurais fait ça pour le côté pédagogique, le contact avec les enfants… C’est tellement important l’éducation.

Prochaine date en Belgique?

Bientôt! Je garde un très bon souvenir de la Belgique. Je suis dans une période de transition entre deux albums… il va falloir que je me remette à écrire avant de revenir jouer dans le plat pays !

Une anecdote sympa?

Les premières parties avec Francis Cabrel en avril denier. J’étais en loge, on répétait tous les deux, il m’a encouragé lorsque j’ai dû monter sur scène. Après avoir chanté, quand je suis redescendu il m’a dit « c’est un peu trop court le temps que tu as joué… La prochaine fois si tu veux, tu sors de scène, t’attends qu’il y ait un rappel et tu remontes et tu rejoues une autre chanson ? » Je lui ai dit « Ce n’est pas possible car même si je sens que les gens apprécient ce que je leur propose, ils t’attendent tellement qu’il n’y aura pas de rappel ». Il était presque paniqué d’avoir entendu dans ma bouche que les gens l’attendaient avec une grande impatience ! Alors, que c’est Francis Cabrel ! Même lui 😉

Chez Kactus, on est fan! On ne manquera pas de vous dire quand il repassera pas la Belgique!
Pour suivre son actu: sa page Facebook et son site. Promis, que du bonheur! Et ne loupez pas son duo avec Francis Cabrel, frissons au programme! By Maïté

06

@Vincent Thomas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *