Dan Gagnon : l’humoriste le plus belge des québecois!

 db4672ece4a89d2eb0f1

Ne te mens pas à toi-même! Ne sois pas paresseux. Travaille plus que les autres. Tu as tout le matériel, tu n’as besoin de personne! Vérifie si ta passion c’est juste un caprice ou si c’est plus que ça!

Un accent qui donne le sourire, une tête qui attise la sympathie et un humour qui met directement de bonne humeur, Dan Gagnon fait partie de ces gens ambitieux qui vous montrent qu’il faut croire en ses rêves et croire en soi. Je l’ai rencontré dans son appartement à Ixelles en pleine répétition de sa web série « Presque normal » qui, déjà lors des répétitions, promettait de nous faire passer un bon moment et d’allonger notre liste de séries à suivre…


En deux mots, dis-moi comment un québécois se retrouve en Belgique dans un show télévisé?

J’ai étudié au Québec la communication/journalisme puis j’ai rencontré une belge à 21 ans que j’ai suivi en Belgique. J’ai galéré la première année...  j’ai fait un stage à la DH, j’ai écrit le premier livre, puis j’ai bossé sur NRJ, j’ai fait de la radio, des spectacles, produit des émissions TV/radio et, là je suis en finalisation de la production d’une web série. La Belgique a été un chouette terrain de jeu pour moi, j’ai pu développer ce que je voulais.
On me dit souvent que je prends beaucoup de risques. Les gens pensent que le fait de faire comme tout le monde est moins risqué. Mais pour moi, cela ne représente pas moins de risques. Cela parait juste moins risqué parce beaucoup de personnes prennent le même risque. Cela dérange moins les gens de se planter quand c’est quelque chose de connu mais je trouve que c’est un mauvais calcul… J’ai fait beaucoup de choses et j’ai eu plus d’échecs que de réussites mais c’est pas grave.. L’Europe m’a permis de faire de la scène au Québec, d’être invité dans des émissions tv là-bas. Aujourd’hui, je suis bien dans ce que fais ici. J’ai encore envie de faire des choses en Europe mais j’aimerais aussi faire des choses au Canada mais ça viendra quand ça devra venir.
 
imagesQuand j’étais plus jeune (il est pas vieux, hein 😉 ), la définition parfaite de la réussite était que mon travail soit la portion rémunérée de mes loisirs. Quand t’arrives à cette conclusion, plus rien ne presse… il y a plein de choses que je pourrais faire mais ce que je fais, j’aime bien! C’est pas parce que tu as encore 9 chewing-gum qui sentent bon dans ton paquet que tu dois jeter celui que tu as en bouche qui est encore bon. C’est le même principe. Il y a beaucoup d’options…. Avant, à l’école, chaque jour de la semaine était spécial. Par exemple, le jeudi soir, c’est toujours particulier car le lendemain, c’est le dernier jour où tu dois te lever tôt le lendemain. Le vendredi soir, c’est particulier aussi car tu sais que tu as deux jours de congés qui arrivent et le dimanche , tu as un peu le blues car tu rebosses le lendemain. Je voulais pas avoir ces sensations-là…  A partir du moment où tu te sens de la même façon le vendredi soir que le dimanche soir, professionnellement, tu as accompli le principal!

Ta plus belle expérience professionnelle?

Dur à dire… j’ai joué dans une scène avec Cécile De France où on m’a demandé de « jouer le Québécois »… J’ai interviewé JCVD, sur un bateau à Cannes. J’ai fait la présentation des JO du hockey sur glace en 2014 où le Canada a remporté la médaille d’or. Les premiers rires que tu entends sur scène ou quand tu as la confirmation que tu signes ton premier contrat de production restent des moments incroyables. Un beau souvenir aussi, en 2013, à Noël, j’ai reçu deux livres sur l’histoire des Late Show et j’ai trouvé une façon de le faire en Belgique. 

Il y a toujours cette notion que si cela n’existe pas quelque part c’est que ça ne marche pas … j’ai pris le risque. La 11052034_921946937867198_3832448852825923666_ngenèse d’un projet est vraiment ce qui est le plus enthousiasmant. Mais le Dan Late Show tel qu’il est aujourd’hui n’a plus rien à voir avec mon idée de base. Je reprends ici ce qu’a dit Woody Allen, sa phase préférée dans la création d’un film « Quand j’ai l’idée, le film est parfait mais au fur et à mesure que le film se construit, cela ruine de plus en plus mon idée car ça n’a plus rien à voir avec l’idée de base et je recommence avec une autre idée qui est parfaite à la base… » Chaque nouvelle idée qui te donne un choc d’adrénaline, est, pour moi, suffisamment bonne pour que tu la tentes.

Comment te décrirais-tu?

Comme un gars qui fait ce qu’il aime dans le monde du divertissement. Moi je me considère comme un humoriste. Je me connecte plus souvent avec les gens qui sont de ce milieu-là. On voit la vie d’une certaine façon…

Si tu devais décrire une journée type?

Impossible. Mais en général, ma semaine est rythmée par l’horaire du Late Show. Le lundi, je commence à écrire pour l’émission puis j’envoie à l’auteur, le mardi je reçois les remarques et je fais le show, je reçois le matériel de tout le monde et j’écris le show. Le  jeudi, on fait les derniers réglages, le vendredi on répète puis c’est le spectacle. Un jeudi sur 2, je suis dans « 69 minutes Sans Chichis« . Je prépare aussi un podcast sur l’humour, une fois par semaine puis, des fois, j’ai des présentations (comme en ce moment avec sa tournée Pirate).

Tu vas souvent au Canada?

11134129_912198365508722_4983543853849151555_oAvant c’était une question de budget, maintenant c’est une question de temps. J’y suis allée 4 fois cette année. Je n’ai pas de grosses dépenses, je loue mon appart’, j’ai ma vieille voiture qui vaut plus pour moi que sur le marché et puis je mange rarement chez moi, je vais beaucoup au resto, je m’habille souvent de la même manière…

Comment choisis-tu tes invités?

On essaie qu’il y ait de la diversité. Il y 3 niveaux de notoriété : quelqu’un de reconnu, quelqu’un qui a fait parlé de lui pendant la semaine (comme quelqu’un qui a découvert un loup-garou) et quelqu’un qui est connu que dans son domaine (ex : Laurent Durieux). Je ne veux recevoir que des gens qui m’intéressent. 
On interviewe chaque personne avant l’émission afin de ne pas faire un remake de Wikipédia et de permettre également à la personne de réfléchir à une anecdote etc.

Parle-moi un peu du concept de ta tournée pirate ?

12002239_989452291116662_8660214872281153441_nLe jour de la sortie de mon dvd, je l’ai piraté afin que les gens puissent le voir et venir me voir en spectacle s’ils aimaient bien. Je fais le même système pour mon spectacle, il y aura une enveloppe sur chaque siège et chaque personne met ce qu’elle veut dedans après le spectacle. J’ai déjà reçu des trucs sympas : un string, une poignée de pièces, des photos… bizarres!

Où trouves tu l’inspiration?

J’ai un coté « purgeur »: je vois dans les situations je retire le comique. Par exemple, j’étais au toilettes, il y avait une mouche et je me suis dit :  » j’espère qu’elle est pas sortie de mon slip… Bref,  je rêvasse beaucoup et 90% de ce qu’imagine, c’est de la merde mais le reste, je le garde. Souvent, les diamants sont cachés derrière une couche de caca. L’inspiration c’est des fois un coup de bol mais c’est aussi beaucoup de travail pour y arriver!
 
Si tu fais ce que tu aimes et que tu restes toi-même, tu vas rentrer avec des gens qui vont t’aider. Le plus important, c’est à quel point les gens qui t’aiment, t’aiment! Sois à fond ce que tu es. Il y a beaucoup trop de journalistes qui croient que pour avoir l’air intelligent il faut être chiant et des humoristes qui imaginent que pour être drôle il faut être con! A force de se demander ce qui va marcher, tu n’es plus toi-même, tu ne sais plus ce que tu aimes! Ce qui compte c’est pas les personnes qui ne t’aiment pas, ce sont celles qui t’aiment qui comptent!
 
J’ai réussi à vivre de mon métier correctement, je suis assez juste « connu » pour avoir un rdv avec quelqu’un… puis je présente mon projet. La réussite se trouve en dessous d’une pile d’échecs. Le talent, c’est l’accident qui arrive après plein d’échecs. Il ne faut pas avoir peur de l’échec. La première fois que j’ai fait mon show, j’étais pas bon mais c’est pas grave. J’ai continué!

Qu’est ce qui te plait le plus en Belgique?

La Belgique, c’est plutôt les coulisses d’un pays, c’est le kit Ikea d’un pays. il y a tous les éléments mais ils sont pas 11856394_970422779686280_7160027949862126687_oencore assemblés. En Belgique, t’as l’impression que tout est suggestion. Les interdictions de parkings par exemple c’est des suggestions. Le nombre d’infractions qui se font, c’est incroyable! Tout est désorganisé… mais ça fait en sorte que si tu veux réussir et bien… on ne t’empêche rien! Si t’as envie de jouer dans un « Comedy Club » tous les dimanches pendant 6 mois, c’est possible! C’est mon avis et mon expérience!

Le bonheur, le succès c’est pas comme un gâteau où ceux qui prennent leur part te piquent ton rêve, non! Que les autres atteignent leur rêves ne doit pas être une menace pour le tien. Justement, entoures-toi de ces gens!

Un conseil à un jeune qui veut se lancer comme humoriste?

Ne te mens pas à toi-même! Ne sois pas paresseux. Travaille plus que les autres. Tu as tout le matériel, tu n’as besoin de personne! Vérifie si ta passion c’est juste un caprice ou si c’est plus que ça!

Un bon plan pour manger un bout à Bruxelles?

Le Kings of Comedy Club et, à Etterbeek, La fin de Siècle : Les patrons sont supers sympas, sont souriants et c’est très bon pour un budget léger. 

Bref, Dan Gagnon, c’est certes un gars sympa avec un accent sympa mais c’est aussi et surtout quelqu’un qui en veut! Comme il le dit si bien lui-même, il faut bosser beaucoup et restez soi-même. 

Je suis allée lors de sa représentation à Liège (ce n’est pas moi qui ai mis le string 😉 ), 1h30 de rires et de larmes (de rire hein!). Son spectacle vaut vraiment la peine d’être vu. On a découvert aussi un autre « comique », Georges D. dont on vous parlera bientôt aussi…

12085127_10153616809773058_366399956_oSi vous voulez suivre toutes ses actus: Facebook et son site 🙂

By Maïté

 

 

Un commentaire sur “Dan Gagnon : l’humoriste le plus belge des québecois!

  1. Pingback: Anis Dargaa: des oeuvres vendues aux 4 coins du globe!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *