Guy Lemaire : animateur à la RTBF

J’ai toujours travaillé beaucoup mais cela n’a jamais été du travail…c’est de l’amusement!

rtbfFigure incontournable de la RTBF depuis 40 ans, Guy Lemaire a, certes, gagné en expérience mais n’a presque pas changé physiquement ! Passionné de littérature, l’animateur d’origine liégeoise a entamé des études en philologie romane à l’Université de Liège mais, déçu par le contenu de ces cours, il met fin à sa vie estudiantine à seulement 20 ans pour se lancer dans le monde du travail. Ce grand timide de nature (si si !) multiplie les reportages et, de fil en aiguille, rend son émission « Télétourisme » indispensable à la RTBF.

Si on le connait surtout pour cette émission, le présentateur a le mérite d’avoir diversifié son travail durant toute sa carrière : animateur radio, producteur d’émission, pigiste pour la Meuse, correspondant sportif et culturel pour la DH, comédien au théâtre du Gymnase et au théâtre Arlequin (récemment) ainsi que pianiste à ses heures perdues (a tout de même remporté le 1er  prix à l’Académie de musique de Herstal). Bref, nous n’aurons pas assez de cette interview pour tout savoir de lui mais, au moins, le « phénomène » Guy Lemaire et ses incontournables chemises Lacoste sera un peu mieux connu.

C’est autour de tapas que nous nous rencontrons et que je le bombarde de questions!

Peux-tu me dire ce qui t’a poussé à arrêter tes études si jeune?

La raison la plus importante est le fait que les cours ne m’intéressaient pas. J’avais surestimé leur contenu et les professeurs … bref une grande déception. J’ai aussi choisi d’arrêter ces études pour faire un reportage d’un mois à la Coupe du monde en Allemagne… ce qui a été, pour moi, un grand pas dans le monde du journalisme.

11194605_10153504922094453_4012790172777699282_oTu es aussi un grand passionné de théâtre, pourquoi ne pas avoir continué dans le métier de comédien? (Il a remporté le premier prix du conservatoire)

Je pense que s’il y a avait davantage de troupes à Liège, je me serais lancé dans ce boulot mais la réalité était vraiment différente et, entre deux métiers qui paient mal, j’ai choisi le journalisme qui me semblait un peu plus « sûr ». 

A propos de théâtre, quel a été ton plus beau rôle?

Sans hésitation, Harold dans « Harold et Maud », un beau souvenir!

Il paraît que tu es un grand timide… tu confirmes?

Je sais bien que c’est étonnant pour un gars qui passe à la télévision mais… oui! Je me suis tout de même beaucoup amélioré ces dernières années. Avant, quand je ne connaissais pas les gens, je ne leur disais pas bonjour et ça me faisait passer pour un antipathique voire pour un prétentieux alors que de mon côté, c’était juste de la timidité. Mes fils m’ont un jour dit « papa, tu pourrais quand même un peu sourire! ». Depuis, je souris beaucoup plus mais cela ne veut pas dire que je suis à l’aise!

858788_10151548259549453_1112217435_oQu’aimes-tu le plus dans ton boulot?

J’ai lu récemment cette phrase sur Facebook « Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, essayez la routine, elle est mortelle » et bien j’ai la chance de faire un travail dans lequel je ne me suis jamais ennuyé depuis toutes ces années (et là, on l’envie!!!). Il n’y a pas de semaine ou de journée « type », et c’est ce qui me sauve. Le côté « humain » est ce qui me plaît le plus. 

Un souvenir impérissable?

Je t’avoue que je me dis tout le temps qu’il faudrait que je note toutes mes péripéties parce que je les oublie! J’ai une bonne mémoire mais j’impression que je commence à radoter surtout avec mes fils. Je ne sais plus à qui j’ai (ou non) dit des choses ! Ah attends ça me revient, il y a des années, j’ai décroché un entretien avec Jeanne Moreau et le poète belge Vorge. L’entretien avec eux deux se passe à merveille, un moment intense et … et bien on a perdu la bobine donc cela n’a jamais été diffusé!

Il paraît que le plus dur n’est pas d’entrer à la RTBF mais d’y rester…cinetelerevue

Ce n’est pas faux… moi je suis là depuis 40 ans mais je ne suis toujours pas majeur dans ma tête! Ce qui est drôle c’est que j’ai été le plus jeune journaliste de la RTBF quand j’y suis entré et maintenant comme dirait ma maman, « A la RTBF, t’es le plus vieux ou quoi? » Hélas, oui! C’est vraiment un sentiment particulier d’être dans cette position!

Es-tu stressé avant les émissions?

On ne fait plus de direct donc non… mais par contre, au théâtre, c’est différent. Le stress est bel et bien présent au début des représentations. 

As-tu un remède contre le stress?

Faire la part des choses… et ne pas croire que la vie est un long fleuve tranquille… mais je ne sais pas faire du rafting en permanence!

Une de tes plus grandes fiertés professionnelles?rtbf2

La constance dans mon boulot et d’avoir réussi un parcours professionnel sans avoir fait de mal autour de moi et en essayant d’avoir procuré un peu de bien. Une dame m’a dit un jour que j’étais quelqu’un de rassurant et une autre que je l’avais beaucoup aidée quand elle était à l’hôpital en la divertissant. Ce sont ces petites choses qui font vraiment plaisir et non la pseudo notoriété. Moi, je ne suis pas quelqu’un d’ambitieux, je n’ai jamais cherché à être directeur ou à travailler en France. Tout ce qui compte, c ‘est que je ne me sois jamais ennuyé un instant jusqu’à présent.

Quels sont tes futurs projets?

Un projet qui me tient à cœur depuis pas mal de temps : créer un spectacle où je serai seul sur scène (ou bien entouré).

Quels conseils donnerais-tu à un jeune qui veut se lancer dans le journalisme?

J’ai eu la chance d’être sur scène aux côtés de Guy Lemaire 🙂

Avoir du feeling, talent, génie… ou être au bon endroit au bon moment. Comprendre et ne pas juger mais c’est plus facile à dire qu’à faire (ce n’est pas parce qu’on ne dit rien qu’on ne juge pas). Quand on fait un métier public on s’expose à être jugé en permanence. 

Un livre?

Plutôt une idée de « concept-cadeau » : une suggestion pour un de mes anniversaires était de m’offrir un livre que la personne avait bien aimé. Une de mes amies m’en a offert 12 du même auteur!

Un film?

Je suis friand du cinéma italien en général… « Mort à Venise », « Mourir d’aimer »…

Es-tu fier d’être belge?

Oui! On est toujours étonné d’être belge et d’avoir du succès… Quand une entreprise belge réussit, on se dit « oh c’est une belge », quand un acteur belge a du succès, on a la même réaction « oh il est belge » etc. 

Ce que j’envie à Guy Lemaire? « J’ai toujours travaillé beaucoup mais cela n’a jamais été du travail…c’est de l’amusement. »
Une belle claque et un bel exemple de vie professionnelle réussie et passionnante excluant le traditionnel « métro-boulot-dodo »!

Maïté

Photos : RTBF.be et cinetelerevue.be

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *