Le mockumentary

Le mockumentary…ou documenteur.

Le titre en français est toujours moins cool.

Le titre en anglais est toujours plus cool.

Commençons par un mot d’explication. Le mockumentary est, de manière simple, un « faux documentaire ». Autrement dit, une vraie fiction aux allures de documentaire. Il ne faut pas le confondre avec un docu-fiction, qui mélange les deux genres.

Pour ma part, j’en suis très friand, tant au niveau d’un format série que dans un format classique de film. Comme c’est sensé être un documentaire, les codes de réalisation sont brouillés, et ce qui est totalement interdit en réalisation classique devient tout à fait possible. Le plus bel exemple est le regard caméra : lorsque le protagoniste regarde la caméra, s’adresse à elle, la prend à partie… Régulièrement, des interviews face caméra sont aussi réalisées dans ce type de film/série. Ça permet d’obtenir des « confessions » de la part des personnages, des choses qui n’auraient pas leur place dans un processus de réalisation traditionnel.

Des acteurs/réalisateurs en ont fait leur spécialité, leur marque de fabrique. C’est par exemple le cas de Sacha Baron Cohen, qui a enchainé les films en utilisant cette méthode : Borat, Bruno et plus récemment The Dictator.

Une des meilleures séries de tous les temps (puisque j’te le dis !) utilise aussi ce procédé. Je veux bien sûr parler de The Office. Adaptée de la série originale anglaise, The Office suit la vie d’une entreprise appelée Dunder Mifflin et de ses employés. La technique du mockumentary permet d’approcher les employés au plus près, et créé un lien réel d’attachement. Les scènes sont le plus souvent filmées à l’épaule, les « employés » sont équipés de micro, ce qui permet par exemple d’entendre leurs conversations alors que la caméra se trouve dans une autre pièce.

Franchement, même s’il faut s’accrocher durant la 1e saison, ça en vaut totalement la peine. C’est grâce à cette série que Steve Carell s’est révélé au grand public.

Plus récemment, les producteurs de The Office ont également créé « Parks & Recreation », basé sur le même style de réalisation. Une réussite d’humour et de décalage !

Quelques extraits pour vous mettre l’eau à la bouche ?

Michael (Steve Carell) aime jouer à « That’s what she said », qu’il crie chaque fois qu’une phrase peut être interprétée de façon sexuelle

La passion de Jim, c’est de jouer avec le cerveau dérangé de son collègue Dwight, par exemple en se déguisant…en Dwight


Dwight n’a pas aimé que personne ne prête attention à ses consigne en cas d’incendie. Du coup…

https://www.youtube.com/watch?v=8dwjIrfLMsA

Et alors si comme moi vous adorez les bêtisiers, The Office est une mine d’or ! (2h de bonheur aux frais de votre employeur)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *