Céline Bartholomé : la vie d’une belge à Alicante

Quand j’étais petite, selon ma maman, je disais que « plus tard », je voulais être PDG en tailleur et en hauts talons! Il ne me manque que la place du PDG à avoir et mon rêve d’enfant sera réalisé.

Céline ou « la jolie brunette toute bronzée »… et oui elle est en Espagne et il fait BEAU! Hum, je passe outre ce sentiment de jalousie qui me parcoure et découvre cette sympathique expatriée belge de 28 ans qui a plaqué la Belgique pour Alicante depuis 4 ans.

Aînée d’une famille de 5 enfants, Céline a toujours su qu’elle ne vivrait pas toute sa vie dans notre beau pays pluvieux. Après ses secondaires, elle choisit de suivre des Hautes Etudes Commerciales à Liège. Ses parents lui proposent de faire un choix entre la voiture et un kot et devinez ce qu’elle choisit? La deuxième option… Elle quitte ainsi la région de Clavier (près de Marche-en-Famenne) et s’installe au cœur de la Cité Ardente.

En plus d’acquérir un bon niveau en anglais, elle découvre l’espagnol et le portugais durant ses années estudiantines, effectue un Erasmus au Portugal et un stage à l’Ambassade de Belgique à Dublin.

A 23 ans, diplôme en poche, elle s’inscrit au programme Eurodyssée dont l’objectif est d’aider les jeunes (18-30 ans) à trouver un stage rémunéré en Europe. Quelques temps après, elle décroche une place dans une entreprise située à Alicante pour une durée de 6 mois et, faut croire qu’elle convenait, elle y est toujours 4 ans après !

10949744_10155130657880022_1249023148_n

Comment as-tu réagi quand on t’a annoncé que tu avais été retenue?

J’étais terrorisée! Je ne savais absolument pas pour quelle société j’avais été retenue car c’est la RH de l’association qui s’en était occupé. Je savais juste que je partais un mois plus tard pour l’Espagne. Bon, après, heureusement, j’ai pu découvrir la société. J’ai pu profiter d’un mois d’immersion culturelle à Valence, toujours grâce au programme Eurodyssée, et ce, juste avant le début de mon stage.

Comment as-tu trouvé la ville d’Alicante à ton arrivée?

J’avais passé un mois à Valence et je dois dire que ces deux villes n’ont aucun point comment si ce n’est qu’on y parle espagnol. Valence est plus grande, plus belle plus culturelle… et Alicante, ma foi, n’a pas fière allure à côté.

Tu as eu un bon accueil dans l’entreprise?

Oui, excellent! J’ai directement mis « les choses au clair » en affirmant que je voulais rester en Espagne plus longtemps que 6 mois et que si ce n’était pas dans leur société, ce serait ailleurs. Et bien, j’y suis toujours! Je m’entends vraiment bien avec ma boss et j’ai gravi les échelons au fil des années, je suis maintenant Responsable Export.

Au niveau du logement, comment as-tu trouvé?

L’organisation s’est chargée de tout mais tu peux bien tomber comme tomber très mal… Et moi, disons que je n’ai pas eu beaucoup de chance sur mes colocataires. Deux espagnols un peu louches qui m’ont annoncé après 3 mois qu’ils déménageaient (et donc que je devais trouver un autre logement). Heureusement, j’ai rencontré, via des connaissances belges (elles aussi en expatriation), ma future colloque, Neila avec qui j’ai vécu 3 ans et demi.

Le courant est, je suppose, bien passé?

Oh oui, nous étions à la fois sœurs, copines, confidentes, mamans etc. Un soutien énorme! Au final, je remercie mes anciens colocataires de m’avoir « éjectée en douceur »

10942484_10155130648950022_301183413_nTu as eu des coups de blues?

Oh oui, surtout quand mes parents venaient et repartaient. Je n’avais, en plus, pas beaucoup d’amis en débarquant.. ça a bien changé. Ce qui n’a pas été évident c’est de faire bouger les gens de Belgique. En partant, la plupart d’entre eux me disait qu’ils allait venir me voir… j’en attends toujours certains.

Une bonne adresse pour manger à Alicante?

Je peux t’en donner 100 mais je te donne les meilleures: la « Taberna del Gourmet« , « El Portal  » (beaucoup plus gastronomique et avec une vinothèque épatante). J’ai découvert des vins espagnols délicieux. Ma plus belle surprise: le domaine de « Enrique Mendoza », un pure bonheur gustatif. Pour aller boire un verre, je conseille « El Barrio« , c’est une sorte de Carré liégeois mais beaucoup plus propre et classe. Il est situé dans le centre historique d’Alicante. Les bars ouvrent vers 18h et ferment à 6h !

Une bonne adresse sur Liège?

Le « L’Ange Vin » où tu peux manger des hamburgers délicieux! Le « Shanghai » qui est situé dans le centre de la ville et le « Pain Quotidien » pour midi! 

Un bon plan shopping ?

Alors, pour les fashion victim « responsables » je conseille « MadeandMore« , un site où tu peux trouver des vétements made in Europe qui sont fabriqués dans le respect de l’environnement ET des travailleurs… En Espagne, le magasin « Cuple » dans lequel je trouve de chouettes chaussures et j’ai aussi découvert « Williot » où tu trouves des vêtements pour hommes. C’est un magasin qui a été lancé récemment par trois jeunes…

Une journée type espagnole, ça donne quoi?

Cela donne une trèèèèèèèèèèès longue journée. Je commence à travailler à 9h jusque 18h30. Ensuite, je fais généralement mes courses car les magasins ne ferment qu’à 21h. Je mange aux environs de 20h30 (mais les vrais espagnols ne passent à table qu’à 22h en général). Vu qu’on mange tard, on va dormir beaucoup plus tard. Mais moi, c’est 1h max en semaine car j’ai besoin de mes 7h de dodo pour être en forme.

10937656_10155130648440022_1564350112_nUn préjugé sur les espagnols qui est confirmé ou infirmé?

« Les espagnols sont toujours en retard! » Je confirme! Quand ils me disent « 15 min » je sais que je dois compter « 25 min ». Ils sont réputés pour être macho, hélas, je confirme aussi. Maintenant, c’est sûr que cela dépend d’une personne à l’autre mais en général, ils font partie du cliché « ma maman fait la meilleure paella du monde – la place de la femme est à la maison ». Ils crient aussi tout le temps! Alors, en été, quand tu dors les fenêtres ouvertes, c’est tout de suite moins folichon.Par contre, je ne suis pas d’accord avec l’image « sale » qu’on associe à l’Espagne. Le problème c’est qu’il fait chaud et que cela sent parfois mauvais dans les rues quand les gens mettent leur poubelle en pleine journée. Mais, légalement, les habitants doivent sortir leurs immondices le soir afin d’éviter les odeurs nauséabondes.

Les raisons de rester en Espagne?

Le soleil, bien-entendu, tu vas me détester mais il n’y a que 40 jours de pluie ici! (de fait, je la déteste) les palmiers, la culture espagnole et mon appartement réaménagé il y a peu de temps!

Les raisons de quitter l’Espagne?

Les cafards!! Il y en a partout, je déteste ces insectes! Evidemment, mon amoureux… et la possibilité d’évoluer professionnellement. J’ai envie de découvrir un autre travail ou plutôt une l’ambiance qui règne dans les entreprises en Belgique. Je suis impatiente de voir ce que je vaux en tant que belge en Belgique avec mon expérience d’expatriée.

Un conseil à quelqu’un qui veut s’expatrier?

Ne réfléchis pas trop, lance-toi. Je pense que c’est mieux d’avoir une raison précise pour partir.

C’est un rêve devenu réalité pour toi?

Quand j’étais petite, selon ma maman, je disais que « plus tard », je voulais être PDG en tailleur et en hauts talons! Il ne me manque que la place du PDG à avoir et mon rêve d’enfant sera réalisé.

10933307_10155130648260022_1594724765_nQuels sont tes projets actuellement?

Je souhaite rentrer en Belgique pour rejoindre mon amoureux qui vit là-bas. Idéalement,je serais restée ici mais il a une société en Belgique et donc il ne peut pas tout plaquer. J’aimerais garder ma place dans l’entreprise où je suis, c’est faisable car je voyage déjà beaucoup en Europe donc partir d’Espagne ou de Belgique ne change pas grand chose.

Un point commun entre les belges et les espagnols?

Ils sont aussi ouverts et chaleureux que nous! Même s’ils ont tendance à appliquer la culture « d’aller manger dehors ». Chez nous, on invite souvent les amis à venir manger à la maison, les espagnols iront plutôt au restaurant.

Ta plus grande fierté?

Etre partie et avoir tenu bon! Avoir évolué au sein de mon travail et montré de quoi j’étais capable.

Pour tout savoir sur Céline, c’est ici :

Ton repas idéal? Sans aucun doute, la paella! Avec mon petit vin rouge du domaine de « Enrique Mendoza ».

Une série? J’adore les séries « surnaturelles ». Complètement fan de « Vampires diaries » et accro à « Grimm ».

Un livre? J’adore ces moments durant lesquels j’entre dans la vie de quelqu’un d’autre et où j’oublie la mienne. J’ai découvert un écrivain espagnol, Carlos Ruiz Zafon, grâce auquel j’ai appris énormément de vocabulaire. Il est vraiment doué et je dévore chacun de ses livres.

Un film? « Mémoires d’une Geisha »

Ton plus beau voyage? Sans hésiter, Dubaï! Je le conseille à tout le monde car tu vois des choses hors du commun, que tu n’as pas l’habitude de voir. C’est Eurodisney ! Par exemple, tu as une piste de ski à l’intérieur du centre commercial.

Un rêve? Je suis juste là où je voulais être maintenant. A présent, mon objectif est de rentrer en Belgique, d’évoluer professionnellement et pourquoi pas de lancer un jour ma société…

Ton expression espagnole favorite? « Joder » qui est l’équivalent de « putain » et « !Que guay »

Une musique?Je t’avouerais que j’écoute Pure Fm même ici.

Es-tu fière d »être belge? Oh oui! On a une super bonne réputation ici. Quand je dis que je suis belge, on m’accueille avec le sourire.

Le premier plat que tu manges quand tu reviens? Les fabuleux « boulets à la liégeoise » et un bon filet américain avec des frites.

Et si tu devais être un animal, tu serais? Une panthère ou un chat pour mon côté indépendant et le sanglier pour mon caractère de merde.

Un petit conseil beauté pour terminer? La vitamine D et l’huile de bain EURECIN.

Pétillante… voilà, selon moi, le qualitatif qui convient le mieux à notre compatriote!

 

NB : Céline est maintenant revenue dans notre beau pays.

 

Photo cover

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *